L’Eternel envoya Nathan vers David. Il vint donc le trouver et lui dit: «Il y avait dans une ville deux hommes, l’un riche et l’autre pauvre. Le riche avait des brebis et des bœufs en très grand nombre. Le pauvre n’avait rien du tout, sauf une petite brebis, qu’il avait achetée. Il la nourrissait et elle grandissait chez lui avec ses enfants. Elle mangeait de son pain, buvait dans sa coupe et dormait contre lui. Il la considérait comme sa fille. Un voyageur est arrivé chez l’homme riche, mais le riche n’a pas voulu toucher à ses brebis ou à ses bœufs pour préparer un repas au voyageur venu chez lui: il a pris la brebis du pauvre et l’a préparée pour l’homme qui était venu chez lui. » La colère de David s’enflamma violemment contre cet homme et il dit à Nathan: «L’Eternel est vivant! L’homme qui a fait cela mérite la mort. En outre il remplacera la brebis par autres, puisqu’il a commis cet acte et s’est montré sans pitié. »Nathan déclara alors à David: «C’est toi qui es cet homme- là! Voici ce que dit l’Eternel, le Dieu d’Israël: Je t’ai désigné par onction comme roi sur Israël et je t’ai délivré de Saül. Je t’ai donné la famille de ton maître, j’ai mis ses femmes contre ta poitrine et je t’ai donné la communauté d’Israël et de Juda. Si cela avait été trop peu, j’y aurais encore ajouté. Pourquoi donc as- tu méprisé la parole de l’Eternel en faisant ce qui est mal à mes yeux? Tu as tué par l’épée Urie le Hittite, tu as pris sa femme pour faire d’elle ta femme et lui, tu l’as tué sous les coups d’épée des Ammonites. Désormais, puisque tu m’as méprisé et que tu as pris la femme d’Urie le Hittite pour faire d’elle ta femme, l’épée ne s’éloignera plus de ton foyer. Voici ce que dit l’Eternel: Je vais faire sortir de ta propre famille le malheur contre toi et je vais prendre sous tes yeux tes propres femmes pour les donner à un autre, qui couchera au grand jour avec elles. En effet, tu as agi en secret, mais moi, c’est en présence de tout Israël et en plein jour que je ferai cela. » David dit à Nathan: «J’ai péché contre l’Eternel! » Nathan lui répondit: «L’Eternel pardonne ton péché, tu ne mourras pas. Cependant, parce que tu as fait blasphémer les ennemis de l’Eternel en commettant cet acte, le fils qui t’est né mourra. » Nathan retourna chez lui. L’Eternel frappa l’enfant que la femme d’Urie avait donné à David, et il fut gravement malade.
2 Samuel 12:1-14

Pour résumé :
David roi d’Israel a vu une femme qui lui plaisait. Il la convoque et couche avec elle. Soit dit en passant, je ne crois pas Batchéba ait eu le choix, il s’agissait du Roi. Elle tombe enceinte et l’en informe. David met en place un plan pour qu’un de ses plus fidèles soldats revienne et couche avec sa femme pour cacher l’adultère. Mais Urie, par fidélité au roi qui n’a pas hésité à coucher avec sa femme, dormira sur le palier du palais royal. Plus déterminé que jamais à caché son péché, David décide de faire assassiner Urie le mari de Batchéba.

Ce que je trouve intéressant dans ce récit :
1. Nathan ne s’est pas rendu tout de suite pour parler et/ou condamner David. Il a attendu que Batchéba accouche ce qui signifie qu’il a attendu au moins 9 mois pour lui parler. Peut être à t’il prit un temps dans la prière pour que Dieu garde David d’aggraver son cas.
2. David est tenu pour seul responsable de ce qui s’est passé.
3. Nathan commence par l’exemple d’un riche avec beaucoup de brebis et du pauvre qui n’avait qu’une seule brebis. Il pousse David à réfléchir et naturellement il condamne le comportement du riche. Ce n’est qu’après que Nathan donne le verdict de Dieu à David et celui ci se repent.
4. David a été confronté dans l’intimité. Nathan ne crie pas, ne juge ni ne condamne hâtivement. J’ai déjà entendu des gens qui ont vu leur faiblesses dévoilées lors de la prédication du dimanche, devant plusieurs personnes … Nathan n’agit pas comme cela!
5. David bien qu’il ait péché peut être considéré comme un frère qui a rétrogradé car dès qu’il comprend son erreur, il se repent.
6. David croit fermement en la bonté de Dieu! Malgré le jugement annoncé, il s’humilie dans le jeune et la prière croyant que Dieu peut tout de même changer d’avis et épargner son bébé.

Introspection
1. Est-ce que je fais preuve de discernement dans ma façon d’aborder un chrétien affaiblie ou rétrograde ?
2. Dans ma façon d’aborder le problème est-ce que je culpabilise la personne ou je l’amène de façon inspirée à se repentir.
3. L’épître aux corinthiens nous enseigne que nous pouvons avoir tous les dons mais que si nous n’avons pas l’amour cela ne sert à rien. Dans notre quotidien exerçons nous les dons (discernement, prophétie…)avec amour. Reprenons-nous, exhortons-nous avec amour ?
Je vous invite à vous posez ces questions! À vous repentir si nécessaire et à manifestez la nature de Dieu dans notre façon d’aborder les chrétiens rétrogrades, en souffrance, déprimés ou rebelles.

Aspirez aux dons les meilleurs. Je vais encore vous montrer la voie par excellence.(1Corinthiens 12:31)

Si je parle les langues des hommes, et même celles des anges, mais que je n’ai pas l’amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit. Si j’ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j’ai même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, mais que je n’ai pas l’amour, je ne suis rien. Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien. (1 Corinthiens 13:1-3)

Médhie

(Visited 9 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *